Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La terre est-elle creuse ?

Aller en bas 
AuteurMessage
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: La terre est-elle creuse ?   Mar 17 Mar - 21:08

LES MONDES CREUX
Copyright 2001-2004 Hans W. Lintz & Anton Parks

Pour certaines personnes, les mythes les plus saugrenus ont la vie dure. Tel est le cas de celui de la Terre Creuse. Vous avez, sans doute, déjà entendu parler de cette histoire vieille comme le monde comme quoi la Terre serait creuse, qu'elle aurait un soleil intérieur qui éclaire un royaume souterrain dans lequel vivrait un peuple hautement civilisé. Pour toute personne n'ayant jamais eu l'occasion d'avoir en main l'historique de ce mythe, cette histoire lui paraîtra totalement ridicule et sans fondement. Le thème de la Terre Creuse est d'une grande importance et de ce fait, il nous a semblé bon de consacrer un dossier sur le sujet afin de vous donner la possibilité de juger par vous-même !…
Nous tenons à préciser aux lecteurs que les clichés provenant des agences spatiales américaines et européennes que nous allons utiliser ne constituent pas des preuves irréfutables de l’existence de la Terre Creuse. En effet‚ nous pourrions très bien nous poser la question de savoir parmi toutes ces images lesquelles n’ont pas été retouchées et pourquoi sont-elles disponibles dans des magazines ou sur le Net ?... Nous vous demandons donc de rester vigilant‚ même si‚ pour notre part‚ la Terre Creuse est une réalité qui finira bien un jour par se confirmer.
De nombreuses traditions du monde évoquent un lieu souterrain, habitacle caché des "dieux", où ces derniers vivent en secret, loin du regard des Hommes. Dans la littérature sumérienne, l'Abzu représente le monde souterrain de la planète Terre où toutes les eaux se rejoignent pour former une nappe d'eau souterraine. L'Abzu est l'abysse ou l'abîme du monde. La décomposition de ce terme en AB (trou et ouverture) ; ZU (connaissance, sagesse, savoir) nous donne "le trou de la connaissance ou du savoir". Dans la mythologie sumérienne, l'Abzu est la demeure du "dieu" Enki-Ea, le sage serpent de la création, assimilé à la divinité de la sagesse et au père de l'humanité. C'est en cet endroit qu'il est dit qu'Enki-Ea créa l'humanité avec plusieurs sages-femmes. Toutes ces informations inscrites sur les tablettes d'argile du pays de Kalam (Sumer) sont confirmées, entre autre, par les deux traditions amérindiennes suivantes :
"Nous avons été créés quelque part dans le monde souterrain par le Grand Esprit, le Créateur. Il nous a d'abord créé un, puis deux, puis trois. Nous avons été créés égaux, en unité, vivant de manière spirituelle, là où la vie est éternelle. Nous étions heureux et en paix avec nos semblables".
Tradition des Indiens hopi de l'Arizona, racontée par Dan Katchongva, du Sun Clan - © Hopi Information Network

"Pour les Indiens Nahua, les Maîtres de la Terre habitent le Tlalocan, le royaume qui soutient la Terre. Le Tlalocan est une immense grotte dotée de montagnes, de fleuves et de lacs. Au cœur du Tlalocan se dresse le Xochinkuàuit, l'arbre fleuri. Les Nahua précisent qu'une partie orientale du Tlalocan, porte le nom d'Apan.
C'est à cet endroit que viennent toutes les eaux du monde. Ce lieu abonde de champs et de jardins. C'est également à Apan que se trouve la Déesse Mère "qui est à la fois l'embryon et l'être multiple de l'ensemble des sages-femmes". Pour les Nahua, le Tlalocan est également l'espace rempli d'eau sous la Terre, nommé "le royaume à la lumière dorée" où la musique résonne sans cesse…".
Ancienne tradition aztèque, "Les Paradis de Brume". Alfredo Lopez-Austin / LES PARADIS DE BRUME - Mythes et pensée religieuse des anciens mexicains, Maisonneuve & Larose, 1997

Représentation de la Terre Creuse par Edmond Halley. Dessin édité en 1692 dans le Philosophical Transactions.

La première personne à avoir écrit une œuvre complète sur le concept de la Terre Creuse est l'astronome et mathématicien anglais, Edmond Halley (1656-1749). Il fut également le premier homme à avoir essayé d'expliquer les aurores polaires en précisant qu'elles étaient le reflet de la lumière qui éclaire le Monde Souterrain. Tous ses travaux ont été publiés dans "The Philosophical Transactions of the Royal Society of London" et ne furent guère appréciés par les scientifiques de l'époque. Ses travaux ne firent pas grand bruit et aujourd'hui encore, on se souvient davantage de Halley comme l'astronome qui découvrit la comète qui porte son nom, que du philosophe qui a écrit sur les variations magnétiques des pôles, la Terre Creuse et les aurores polaires.

Coupe du globe terrestre selon Symmes. Gravure apparaissant sur la pochette arrière de la réédition de 1885.
Les légendes des Esquimaux sont souvent en rapport avec le pôle Nord et l'intérieur de la Terre. Lorsque l'on demande à un Esquimau d'où viennent ses ancêtres, il pointe vers le nord. Les traditions orales des Esquimaux décrivent un pays majestueux baigné d'une perpétuelle lumière, un pays sans nuit. Ces traditions précisent que ce pays a un climat chaud avec des lacs qui ne gèlent jamais. Des animaux tropicaux y vivent ainsi que des oiseaux multicolores. C'est le pays de l'éternelle jeunesse où les gens vivent heureux et ne meurent jamais. Paul-Émile Victor, dans son récit "Banquise", nous a rapporté une chanson des Esquimaux, chantée à la veillée : "Ils sont grands, ils sont terribles, les hommes de l'intérieur…".


L'explorateur américain, le Docteur E. Kane, qui explora le pôle Nord entre 1833 et 1855 a écrit à l'époque : "Il y a des indices qui montrent clairement qu'il doit y avoir un océan dans le Nord, les brumes et les brouillards que nous avons vus souvent en hiver nous le confirment".


Illustration de 1882, représentant l'ouverture Nord.


Le commandant Robert Mc Clure a trouvé en Terre de Bank des troncs d'arbres charriés par les glaciers provenant du nord.
Fridtjof Nansen (1861-1930), fut l'explorateur qui passa sans doute le plus de temps dans le Nord à cette époque, il a écrit : "Devant nous, toujours ce même ciel sombre, qui annonce la pleine mer. Chez nous, en Norvège, personne ne croirait que nous voguons en pleine mer vers le pôle…". Dans son journal du 3 août 1894, il a écrit : "Nous avons trouvé des traces de renards. Le climat est très doux, presque trop chaud pour dormir… Nous nous sentions comme chez nous".
La migration de nombreux oiseaux se dirigeant systématiquement chaque année vers le nord, passant l'hiver on ne sait où et redescendant vers le sud à la saison chaude n'a jamais été expliquée.
Dépassé le 83ème parallèle nord, il n'y a plus d'iceberg, la mer est calme, recouverte d'eau douce et le climat est étrangement doux.


Peinture montrant un bateau devant le soleil intérieur.


Quelques explorateurs ont découvert, à certains endroits, de la neige multicolore. Des échantillons ont été prélevés et on a découvert que ces couleurs étaient dues à du pollen de fleurs… des fleurs de type inconnu.
Les aurores polaires, phénomène que l'on ne trouve qu'aux pôles et que l'on n'a jamais expliqué de façon satisfaisante, seraient-elles, comme le pensait Halley, le reflet de la lumière émise par le soleil intérieur ? Les photos des aurores polaires de Mars, Jupiter et Saturne, prises par la Nasa sont troublantes et peuvent donner une explication en ce sens (voir plus bas).



"The Interior World". Carte tirée du livre de William R. Bradshaw "The Goddess of Atvatabar" (1892).



Diagramme provenant du livre de Marshall B. Gardner (1920).


C'est dans ce climat d'incertitude et d'interrogation que plusieurs décennies se sont écoulées sans que d'autres éléments significatifs soient venus compléter l'affaire. Pourtant, à partir du début des années 1900, plusieurs livres sur le sujet furent édités. Parmi eux il faut noter "The Phantom of the Poles", superbe ouvrage de 288 pages de William Reed, géographe de l'Université de New York, sorti en 1906. Son livre est très important, car c'est le premier à compiler à la fois des informations scientifiques et les récits des explorateurs polaires de l'époque. Il fut également le premier à expliquer pourquoi tous les explorateurs n’ont pu et ne pourront jamais atteindre les pôles géographiques pour la raison qu'ils n'existent pas (sur la terre ferme) et qu'ils sont tout bonnement dans les airs. En effet, Reed estima, en accord avec les différents récits des explorateurs, dont celui d'Olaf Jansen, que la Terre doit commencer à s'incurver à partir de 70°, 75° des latitudes Nord et Sud, ce qui signifie que de nombreux explorateurs se seraient aventurés sur les extrémités de l'ouverture sans le savoir. Un autre livre est paru en 1913 : "A journey to the Earth's Interior, or, Have the Poles Really Been Discovered" de Marshall B. Gardner. Son livre fut révisé et réédité en 1920 en plus grand tirage et ne compta pas moins de 456 pages entrecoupées de nombreux diagrammes et illustrations. Comme Symmes, Gardner voulait alerter le monde entier et envoya plusieurs copies à des congressistes et à d'imminentes personnes en Europe. A part Sir Arthur Conan Doyle (le créateur de Sherlock Holmes), personne ne répondit vraiment à Gardner. Toutefois, vu le grand nombre d'exemplaires envoyés, la presse américaine fit de nombreux articles en dénigrant le travail de Gardner et en le comparant à du Symmes réchauffé… Son livre relança tout de même la polémique et pour preuve, aujourd'hui encore, comme cela peut se vérifier dans certaines revues et dossiers, le livre de Marshall B. Gardner est souvent cité et ses illustrations régulièrement utilisées pour discréditer le thème de la Terre Creuse.

Pourtant, c'est peu après la deuxième guerre mondiale, en 1947, alors que des bruits couraient que les Nazis se seraient intéressés au sujet et qu'ils auraient même envoyé des hommes aux pôles, le 19 février, un homme va lui aussi entrer dans la légende de la Terre Creuse. Mais contrairement aux idées reçues, son épopée commença bien avant.

Chers lecteurs, merci à vous d'avoir lu ces lignes jusqu'ici. Cela prouve que vous portez un certain intérêt à cette énigme. Nous espèrons que les informations et documents qui vont suivre satisferont votre patience et votre curiosité. La grande majorité d'entre eux émanent des livres cités dans la bibliographie, à la fin de ce dossier. D'autres sont tirés de revues et dossiers concernant l'Arctique et l'Antarctique. D'autres encore, proviennent des satellites tournant autour du globe (photographies disponibles sur de nombreux sites sur le net). La source des documents utilisés sera toujours indiquée. Certains d'entre eux sont très difficiles à obtenir pour les raisons que vous imaginez. Le thème de la Terre Creuse est un thème très controversé mais pourtant toujours d'actualité. Néanmoins, nous pensons que les autorités révèleront, petit à petit, la vérité car le Monde change et les Hommes évoluent. Comme Abraham Lincoln l’a dit : "On peut tromper tout le monde pendant un certain temps et certains pour toujours, mais on ne peut pas tromper tout le monde éternellement"

Cette histoire est-elle une VERITABLE FUMISTERIE ou bien, comme le pensent beaucoup d'autres, le "WORLD’S TOP SECRET" ? A vous seul de juger !!!…
Au moins, vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas au courant.


Photographie à la verticale du pôle Nord, réalisée par le satellite ESSA-3 en 1967.


Les années soixante-dix relanceront le thème de la Terre Creuse. Tout d'abord par la diffusion de plusieurs photographies du pôle Nord prises par des satellites météorologiques. Le cliché joint a été pris officiellement le 6 janvier 1967 par le satellite de l'US Environmental Science Service Administration, ESSA-3. Cette remarquable photographie est une photo dite "composite", c'est-à-dire un montage composé de plusieurs photos pour n'en faire qu'une seule. Généralement, les satellites n'étant qu'à quelques centaines de kilomètres d'altitude au-dessus de la planète, ils ne peuvent pas photographier la Terre dans son ensemble, d'où ce procédé photographique qui prend habituellement plusieurs jours pour obtenir une telle image. Le satellite ESSA-3 a pris en tout, plus d'un million et demi de clichés. Sur cette photographie nous voyons très bien l'ensemble des nuages autour du pôle, aspirés progressivement dans l'énorme trou qui devrait faire 1400 miles de diamètre, selon les spécialistes. Cet élément significatif confirme bien l'idée d'une Terre bombée progressivement vers l'intérieur de la Terre, au pôle Arctique.
La photographie suivante est dans le même esprit et provient du satellite ESSA-7. Elle est officiellement la toute première photographie publiée, montrant le trou du pôle Nord (publiée avant celle de l'ESSA-3). Elle daterait du 23 novembre 1968. Vous remarquerez que nous émétons des réserves quant aux dates communiquées des clichés. En effet, le 6 janvier et le 23 novembre sont des dates où les régions du cercle polaire se trouvent dans l'obscurité. Ce n'est pas le cas de ces deux photographies.



Photographies à la verticale du pôle Nord, réalisées par le satellite ESSA-7 en 1968.

L'authenticité de ces deux images n'est pas à remettre en cause, car elle a été scrupuleusement vérifiée et l'US Environmental Science Service Administration n'a pas essayé de discréditer son authenticité. Par contre, il a été précisé que parmi les 39953 clichés de l'ESSA-7, celui-ci serait le seul à montrer cette "anomalie". Cette photographie est très intéressante car, cette fois-ci, il n'y a aucun nuage aux alentours du pôle Nord. A la stupéfaction générale, les contours de l'ouverture sont très nets. La photo de l'ESSA-7 a été publiée la première fois en juin 1970 dans le magasine américain "Flying Saucers" et a fait le tour du monde. En toute franchise, et malgré sa forte popularité auprès des spécialistes de la Terre Creuse, ce cliché me pose un problème. Les contours du trou sont trop nets à mon goût et ne montrent pas de courbure du sol vers l'intérieur de la Terre comme cela doit être le cas au pôle Nord. L'autre cliché qui l'accompagne, est également tiré de l'ESSA-7, mais c'est une image traditionnelle du pôle Nord, avec des nuages au-dessus.


Série de photographies du pôle Nord, provenant du satellite ATS 3 (1973).

Cette superbe série de photographies provient du satellite de la NASA, l'ATS 3. En 1977, la NASA aurait ordonné la destruction de 4500 clichés pris par ce satellite, prétendant que ces images n'avaient "aucune valeur météorologique". Sur ces clichés, faisant sans doute partie des mille photos sauvées de la destruction, on voit très bien différentes dépressions atmosphériques prises sur plusieurs mois au-dessus du pôle Nord. Comme pour l'image de l'ESSA-3, des masses d'air et des nuages tourbillonnent autour de l'ouverture du pôle. Cette fois-ci, on a l'impression de voir une extension et contraction des nuages au-dessus du trou béant. Dans le lot, on voit très bien que les clichés du côté droit ont été pris en période de nuit polaire. Par contre, comme pour les images de l'ESSA-3 et de l'ESSA-7, les dates sont à nouveau incohérentes. En effet, si on zoome sur les petites étiquettes sous chaque cliché, on se rend compte que les photographies du côté gauche dateraient de janvier à mars et que celles du côté droit, de mai à juin, ce qui est totalement impossible... Il y a donc définitivement un problème sur les dates.
Ce sont à notre connaissance, les seules photographies disponibles, montrant véritablement une ouverture polaire (elles sont toutes disponibles sur le net, sur différents sites américains). Il existe pourtant d'autres clichés comme ceux tirés des missions d'Apollo 11, 16 et 17. Nous avons eu en main ces photographies, mais nous estimons qu'elles ne prouvent rien. Nous aurions pu les ajouter à ce dossier, mais à part montrer de vagues dépressions atmosphériques dans un coin du globe, elles n'apportent rien de probant.
Qu'en est-il du pôle Sud ? A part le récit de Jansen, quelques indices rapportés par des explorateurs et les explorations du malheureux Byrd, nous n'avons aucun cliché d'époque du pôle Sud. Nous insistons bien sur le mot "d'époque" car bien entendu, aujourd'hui, nous disposons de superbes images de l'Arctique et de l'Antarctique, mais, selon de nombreux spécialistes, elles seraient toutes retouchées.


L'Arctique d'après le satellite Clementine.

L'Antarctique photographiée par le satellite RADARSAT-1 en octobre 1997. En rouge : les contours de la banquise de Ross. En jaune : les contours de l'ouverture selon les images d'ERS (voir ci-dessous).

Ci-joint, deux très beaux clichés récents, pris par les satellites Clementine et RADARSAT-1. Bien entendu, ces deux spécimens sont en couleur et "à peine informatisée", c'est plus beau que nature !
Nous en revenons tout de même à notre première question, et le pôle Sud ? La question resta en suspens pendant de nombreuses années. L'absence de photographie empêcha toute étude réelle sur une cavité qui existerait au pôle Sud. A part de vagues indices nous laissant penser que la cavité du Sud serait moins grande que celle du Nord, le mystère resta entier pendant très longtemps…

Pourtant, en juin 1992, le magazine français CIEL ET ESPACE, consacra un dossier complet sur "Le vrai visage de la Terre". En effet, le dossier expliquait : "De vastes régions du globe sont encore largement inexplorées, en particulier dans l'Antarctique. Surprise : le Groenland et le continent blanc lui-même ont révélé au radar du satellite ERS de grandes différences de relief par rapport à la cartographie traditionnelle. Sur ces images, le relief de la Terre antarctique est reconstitué d'après les données fournies par le satellite européen. Différences d'altitude découvertes par ERS : plus de 500 mètres !". Plus loin, on pouvait lire : "ERS a mis en évidence d'importantes inexactitudes dans les actuelles cartes du relief du continent antarctique…".


A - L'Antarctique vue de face selon les clichés établis par le satellite ERS en 1992. La banquise de Ross est inexistante et une monumentale dépression perfore le continent blanc.


B - L’Antarctique vue de profil selon les clichés établis par le satellite ERS-1. Le radar digital elevation model (DEM) se termine à 81.5 degrés de latitude sud. Au-delà se trouve sans doute la véritable ouverture.

C - L'Antarctique vue de dos selon les clichés établis par le satellite ERS.

Voici les trois images du continent Antarctique‚ rectifiées par le satellite ERS. Comme vous pouvez le constater‚ un trou béant‚ à la limite effrayant‚ perfore le continent blanc. Ce qui est totalement étonnant c’est à la fois sa taille (1/3 et demi par rapport au continent) et son emplacement. Nous avons comparé ces images en trois D avec une carte traditionnelle. La dépression débuterait à l’emplacement de ce qui est habituellement nommé la banquise de Ross‚ précisément devant la mer de Ross. De toute évidence‚ en vue des images de l’ERS‚ le gigantisme de la dépression dépasse de loin cette simple "banquise". L’affaissement englobe pratiquement la totalité du quatre-vingtième parallèle de l’hémisphère Sud. Vérifiez et comparez‚ vous-même‚ sur une carte. Du coup‚ les chaînes montagneuses suivantes : Royal Society‚ Worcester‚ Britannia‚ Churchill‚ Queen Elisabeth‚ Queen Alexandra‚ Commonwealth‚ Queen Maud‚ et celle du Wisconsin‚ semblent acculées contre le Queen Maud Land et reculent ainsi de près de 1400 kilomètres ! Vérifiez et comparez par vous-même. Ce qui est également étrange sur les images de l’ERS‚ c’est effectivement‚ comme l’a souligné le magazine français‚ le relief de l’Antarctique. L’ensemble du continent est sévèrement abrupt. Il y va de même pour la cavité‚ surtout sur son côté nord (les fameuses chaînes montagneuses). Nous ne savons pas du tout s’il faut prendre les images telles quelles‚ car n’oublions pas qu’elles ont été traitées informatiquement. On a l’impression de voir une image hyper condensée de l’Antarctique.
En janvier 2006‚ le scientifique Gerry Zeitlin‚ à qui nous devons le magnifique dossier sur l’ouvrage "Le Secret des Etoiles Sombres" (voir lien sur page d’accueil)‚ nous a contacté pour nous faire connaître son avis sur cette étrange cavité. Il est important pour nous de vous le transmettre : "Les images produites par l’ERS-1 présentent les reliefs de la plaque de glace de l’Antarctique jusqu’à -81.5 degrés de latitude sud. La présence de ce trou abrupte résulterait simplement de la limite des données exécutées par l’ERS-1".
Nous ne pouvons que constater cette évidence. Nous relèverons toutefois que le pôle est finalement une fois encore subtilement annihilé. Pourquoi ? Parce que selon toute logique‚ l’ouverture sud se trouverait un peu plus loin au-delà. La cohérence voudrait également que la terre se courbe progressivement vers l’intérieur dans ces parages.

Nous allons maintenant passer aux autres planètes du système solaire. Vous ne voyez pas trop le rapport ? Vous allez vite comprendre. Commençons par notre compagne la plus proche, la Lune. Voici une très belle photographie du pôle Sud de la Lune, nous allons éviter cette fois-ci de longs commentaires parce que vous êtes maintenant bien rodés. Vous commencez à piger le truc ? Non ?


A - Mission Clementine. Photo composite du pôle Sud de la Lune.


B - Mission Clementine. Photographie d'un cratère éclairé.


C - Mission Clementine. Photographie de plusieurs cratères éclairés.

Alors, regardez ces deux autres photographie (B et C). Il paraît que la lune est truffée de cratères, n'est ce pas ? Certains de ces cratères ont la réputation d'être très profonds, mais est-ce au point d'avoir perforé la fine croûte de la Lune ? Sinon comment expliquer ces étranges lumières qui en sortent. Personne n'en parle officiellement, pourquoi ? Il y a bien eu des tentatives d'explications, nous en avons trouvé une dans un "Terre Sauvage " de 1999 (mieux vaut tard que jamais, car ce phénomène n'est vraiment pas nouveau, en effet, de nombreux astronomes notèrent, par le passé, des sources lumineuses importantes dans des cratères comme ceux de Platon, d'Aristarcus, d'Erasthothènes, de Littrow et bien d'autres). Mais nous vous laissons lire l'article, ça vaut le détour : "LA LUNE A DES VAPEURS. De mini-geysers de poussière qui brillent à la surface de la Lune, telle est la découverte d'Audouin Dollfus, un astronome parisien. Il s'agirait de jets de gaz d'oxyde d'azote expulsés par le sol lunaire. Entraînant avec eux de la poussière scintillant dans les rayons du soleil, ils apparaissent alors bien visibles dans les télescopes des astronomes, ce qui prouve que l'activité de la Lune n'est pas si nulle". Les scientifiques sont décidément prêts à tout pour expliquer des phénomènes dont, étrangement, personne ne parla à l'époque des nombreuses missions Apollo… Il y a cependant une autre hypothèse concernant les cratères éclairés de la Lune et les photos très controversées des missions Apollo.


A - Mars Elusium. Le pôle Nord de Mars photographié par le télescope Hubble. On voit très nettement une ouverture progressive au niveau du pôle.

B - Mars photographié par Hubble le 26 juin 1995.

Attendez, on ne va pas en rester là. Nous avons encore quelques munitions !
Voici deux magnifiques clichées de Mars. Surprise ! Laissons parler Cristiama Nimosus dans son livre de 1989 "La Terre Creuse est l'Agartha" : "Sur les photographies de la planète Mars, on y remarque une tache ronde, ou plutôt ovale à cause de la perspective, de couleur blanche ou lumineuse. Les astronomes précisent que c'est la calotte glacière. C'est affirmer sans expliquer. En effet, d'une part, les bords de l'ovale sont bien nets, ce qui laisse supposer que la glace s'étende sur une zone parfaitement géométrique. D'autre part, étant donné que la glace se forme à une température inférieure à 0°C, et que celle qui règne sur Mars avoisine les -30° à -50°C, la glace, si glace il y a, ne saurait être localisée qu'aux Pôles. Par contre, si l'on admet qu'une cavité s'ouvre au pôle photographié de la planète Mars, et que c'est l'intérieur de la planète éclairé par un soleil miniature central que l’on peut apercevoir lorsque l'ouverture du pôle est face à la Terre, alors tout s'explique d'une façon naturelle".


C - Vue plongeante à la verticale du pôle Nord de Mars. Photographie réalisée par la sonde spatiale Viking 2.

Voici une photo traditionnelle du pôle Nord de Mars (C). Ce qui est surprenant, c'est l'incompatibilité entre les clichés A et C. Le cliché A montre une dépression sur le pôle. Comme pour le pôle Nord terrestre, la terre se courbe progressivement vers l'intérieur, c'est très flagrant. Le cliché C montre bien de petites falaises autour du pôle, mais la dépression s'arrête net quand la glace commence. Est-ce vraiment de la glace et pourquoi se trouverait-elle dans un trou ? De toute évidence il y a un problème sur l'une des deux photos. Quant à l'image B, elle ne s'accorde ni avec la A ni avec la C, par contre, elle semble s'accorder plus facilement avec la description faite plus haut, par Nimosus. On peut également l'ajouter aux nombreuses observations faites par le passé, notamment par des astronomes comme O.m. Mitchell, directeur des observatoires de Cincinnati et de Dudley, ainsi que l'astronome anglais J. Norman Locker. Au milieu des années 1800, à une époque où dans l'euphorie de la recherche scientifique les idées n'étaient pas définitivement figées comme aujourd'hui, ces astronomes ont observé de très étranges phénomènes au pôle Nord de Mars. En effet, tous deux ont décrit des éclairs de lumière très vifs sortant du pôle, en ajoutant : "Cet effet d'irradiation était fréquemment visible". Comme le constate Martin Caidin dans son livre "The Greatest Challenge" : "Des astronomes américains et russes ont observé, ces dernières années, une série de flashes très brillants, d'une durée de cinq minutes, suivis de nuages en forme de champignon" (émanant du pôle Nord de Mars).
Certaines personnes pourraient alors simplement dire que ces lumières aux pôles de Mars sont simplement le reflet du soleil sur la glace. C'est d'ailleurs ce que tentent de nous expliquer les astronomes. Cela pourrait être une solution, mais pourtant, cela n'explique pas la forte dépression de la photo A. En toute franchise, le cas de Mars n'est pas entièrement concluant car la photo C, malgré sa nette différence avec les deux autres clichés, est terriblement convaincante. Si le problème se limitait uniquement à Mars, personnellement, nous n'insisterions pas dans la voie où nous nous apprêtons à vous amener. Mais, malheureusement pour les thèses officielles, il y a d'autres photos. Celles des autres planètes du système solaire et bizarrement, elles ont toutes des problèmes inexplicables au niveau des pôles. Dans ce cas, le cliché C aurait-il été retouché ?… Cela fait vraiment trop de hasards pour une même énigme. A vous d'en tirer les conclusions en vue des images qui vont suivre. Attention, ne vous laissez pas influencer bêtement. Soyez critique.

Différents clichés radar de Vénus (A et B) nous montrent une étrange tache blanche à proximité du pôle nord vénusien‚ précisément au niveau des Maxwell Montes.


A - Vue de l'hémisphère nord Vénusien. La tache blanche située au niveau du Maxwell Montes est considérée comme de la glace par les spécialistes de la NASA. Photographie réalisée en 1993 par la sonde Magellan.

B - Vue radar de Vénus réalisée à partir des données de Magellan et du Radio Télescope d'Arecibo.

La couche atmosphérique très dense de Vénus
laisse transparaître de la lumière aux niveaux des deux pôles.
Nous pouvons tout à fait envisager la présence d’Aurores polaires à ces endroits‚
ce qui expliquerait le déplacement inégal de la lumière (comparé avec les aurores de Jupiter).





A - Aurores polaires sur Jupiter. J. Clarke (Universty of Michigan) - NASA, 7 janvier 1998.


B - Aurores polaires sur Jupiter. Photographies réalisées par le télescope spatial Hubble, le 17 octobre 1996.



L'aventure continue, passons maintenant à Jupiter.
La première photo est un ahurissant cliché de la NASA. La deuxième (B), est un regroupement de plusieurs images provenant du télescope spatial Hubble. Que voyons-nous exactement ? Deux gigantesques aurores boréales et australes au niveau des deux pôles. Certains vont peut-être voir le rapprochement parce qu'ils auront sans doute lu des articles sur les aurores polaires, alors que d'autres diront, oui et alors, ce ne sont que des aurores polaires. Sachez donc que l'origine des aurores boréales et australes est, à ce jour, malgré ce que l'on veut nous faire croire, mal connue. Les scientifiques ne sont pas d'accord entre eux. L'aurore polaire est un phénomène qui consiste en une émission de lumière dans les cercles polaires. L'aurore polaire est provoquée par l'excitation de particules électrisées, en suspension dans l'atmosphère. Ces particules proviendraient du soleil et sont canalisées dans l'atmosphère au niveau des pôles. Beaucoup de scientifiques comparent cette émission de lumière à un gigantesque tube cathodique de télévision et la basse atmosphère polaire à un énorme écran de télévision où l'image de l'aurore polaire est projetée.
Ce qui divise les scientifiques est l'origine de la source qui engendre le processus. Beaucoup pensent que la source est le soleil ou plus précisément les vents solaires, alors que d'autres le réfutent totalement en disant que c'est impossible, car les vents solaires sont irrémédiablement déviés par les champs magnétiques. En effet, ces derniers repoussent, au minimum, 98% des particules provenant de l'espace. Alors dans ce cas, d'où vient cette source de lumière ? Edmond Halley avait-il raison ? Les aurores polaires seraient-elles le reflet de la lumière émise par le soleil intérieur ? D'un seul coup, à la vue des photographies de la Terre et des planètes du système solaire tout devient claire !
Comme vous avez été sage, ci-après, en bonus : deux photographies de Saturne, une de Neptude avec son soleil central et une planche d'une aurore boréale au niveau de l'un des deux pôles de la Terre . Cette fois encore, les clichés parlent d'eux-mêmes.


Aurores polaires sur Saturne le 7 janvier 1998 (Hubble).

Aurores polaires sur Saturne le 9 octobre 1995. J Trauger (JPL) - NASA.
Image mosaique du pole nord de Neptune avec soleil central par Viking II
Photographies en ultra-violet montrant l'évolution d'une aurore boréale au niveau de l'un des deux pôles de la Terre

CONCLUSION :

Dans ce dossier, vous avez suffisamment d'éléments pour vous faire votre propre opinion sur ce vaste sujet. Avec, il est vrai, un certain parti pris, nous avons essayé d'être tout de même le plus objectif possible en vous retraçant de notre mieux l'historique des événements et recherches sur le thème de la Terre Creuse. Si ce sujet vous passionne, vous pourrez trouver des informations complémentaires dans les livres cités ci-dessous, (attention, certains sont très difficiles à obtenir) ainsi qu'en tapant sur le net HOLLOW EARTH. Vous tomberez sur d'innombrables sites américains et étrangers qui développent à souhait ce thème. A notre connaissance, il n'en existe pratiquement aucun en France. La France a souvent eu un train de retard en bien des domaines et les choses inexplicables n'ont jamais véritablement passionné les Français. Donc, si vous vous débrouillez un peu en anglais, n'hésitez pas à aller voir chez nos voisins, vous devriez pouvoir approfondir sans mal vos connaissances sur ce thème, car nous n'avons retracé que les points forts de cette épopée et il existe d'autres témoignages importants.
En vue d'une conclusion dont vous devinez sans doute l'issue,
nous allons récapituler les éléments importants énoncés dans ce dossier en apportant quelques informations complémentaires :



Représentation de la Terre Creuse. Dessin de Max Fylied, basé sur celui de Raymond Bernard tiré de son livre "La Terre Creuse".

La photographie du satellite ESSA-3, officiellement datée du 6 janvier 1967, et les clichés de l'ATS-3 sont des éléments décisifs en faveur de la réalité d'une ouverture au pôle Nord. Comme nous l'avons expliqué, leur authenticité n'a jamais été remise en cause. Au fait, pour les personnes qui se seraient demandées pourquoi sur ces prises de vue (et celle du pôle Sud de la Lune), on ne voit pas le soleil intérieur, nous leur rappellerons simplement que ces images sont issues d'un montage photographique exécuté à partir de nombreux clichés. Lors de l'assemblage tout est possible et ce qui comptait avant tout ici, c'était la visualisation générale de l'ouverture.
Les images en trois D effectuées par le satellite ERS-1‚ montrent avec précision le véritable visage du continent Antarctique. Un trou béant occupe une très large superficie du continent blanc. Ce trou résulterait de la limite des données exécutées par l’ERS-1. Une fois n’est pas coutume‚ un pôle est escamoté pour aucune raison spécifique. Pourquoi l’ERS-1 n’a t-il pas scanné l’ensemble du continent alors que ce sondage avait justement pour but de produire les reliefs de l’ensemble du continent ?… Absurde !

Pourquoi les pilotes qui survolent le Grand Nord chaque jour n'ont-ils apparemment jamais vu l'ouverture Nord ? En un premier temps, les avions ne survolent jamais le pôle géographique et ne passent qu'à proximité du pôle magnétique. Ensuite, les lignes aériennes évitent de faire voler leurs avions au-delà du quatre-vingt-cinquième parallèle nord, car à partir de cet endroit, les perturbations magnétiques sont très puissantes et dérèglent les instruments de navigation. Ensuite, l'ouverture Nord est gigantesque et la dépression vers l'intérieur très progressive, même Richard Byrd ne s'en rendit pas compte la première fois alors qu'il pénétra à l’intérieur avec son avion.

Pourquoi y a t-il autant de bases militaires en Arctique et en Antarctique ? Toute personne voulant faire une expédition dans les contrées polaires doit en référer en haut lieu et doit présenter son itinéraire à l'avance. Certains sont même parfois détournés. La raison ? Officiellement pour une simple raison de sécurité. Les autorisations sont longues et difficiles à obtenir. La cartographie de l'océan arctique est effectuée par des sous-marins atomiques et protégée par le secret-défense. Monsieur Rosner, responsable de la faculté de géographie de Tübingen, en Allemagne, reconnaît que la courbure de la Terre dans l'Arctique fait partie des secrets militaires.


En 1960, le magazine français SCIENCE ET VIE, n° 510, du mois de mars, rapporta une étonnante découverte que voici : "(…) les savants soviétiques qui purent à Sovierskaya trouver au froid des dimensions nouvelles, visitèrent "l'oasis" de Benguer : 500 kilomètres carrés de sol complètement libre de glace, une température de plus de 25°, des lacs, des cours d'eau, une maigre végétation de lichens et de mousses, des oiseaux de plusieurs espèces ! Les Russes cherchèrent la raison de cette anomalie stupéfiante. Ils la trouvèrent . Au sud, une chaîne de montagne arrête les vents froids de l'intérieur, ainsi que les millions de tonnes de glace et de neige entraînées par le blizzard ; au nord, l'océan exerce son action adoucissante ; sur place, plus de glace éternelles ; l'été, le soleil fait fondre la glace de l'année, après quoi des rayons chauds sont absorbés par le sol rocheux qui conserve une réserve de calories…(…)". Malgré que l'explication de l'oasis surnaturelle soit loin d'être satisfaisante, un élément important fut joint au dossier. Une carte détaillée de l'Antarctique avec les positions des nombreuses bases militaires se trouvant sur le continent blanc. Chose étonnante au premier abord, mais pas trop si vous avez bien compris l'ensemble de notre travail, absolument toutes les bases américaines (en rouge) se trouvent autour de la "banquise de Ross" (en vert), et pas une seule base étrangère ne se situe à proximité de la dite banquise…

Les divers comptes rendus des explorateurs ne peuvent pas résulter de simples coïncidences, car ils vont tous dans le même sens.

L'histoire d'Olaf Jansen est, il est vrai, très étonnante. Malgré tout, la majorité de ses descriptions a été confirmée par de nombreux explorateurs. Par exemple : l'apparition d'une eau calme sans iceberg, suivie d'une petite tempête et d'une eau à nouveau calme mais non salée. L'étrange lumière du monde du dessous. Sa description paradisiaque du monde souterrain et de ses habitants correspond énormément à celle que l'on trouve dans les légendes orales des Esquimaux. Olaf raconte avoir vu un éléphant de grande taille. Il fait de la citée d'Eden un étrange parallèle avec l'Eden décrite dans la Bible. Cette doctrine, selon laquelle l'Eden terrestre serait au centre de la Terre, est une doctrine ésotérique très peu connue. De nombreuses personnes pensaient que l'ouverture du pôle Sud se situait au milieu du continent. Les images d'ERS montrent que l'ouverture est en bordure de la mer de Ross et accrédite les dires d'Olaf lorsqu'il prétend être sorti du pôle Sud par la mer. Que l'on croit ou pas à son histoire, Olaf est bel et bien parti de Stockholm, le 3 avril 1829, avec son père et a été retrouvé deux ans et demi après, errant seul sur un iceberg en bordure de l'Antarctique.


La Terre Creuse selon Marshall B. Gardner.

Les descriptions de Richard Byrd sur le paysage verdoyant du monde souterrain vont dans le sens des propos d’Olaf Jansen et des légendes Esquimaudes. Lui aussi découvre un "mammouth" comme Olaf. Byrd aussi rencontre un peuple pacifique au cœur des entrailles de la Terre‚ un peuple de grande taille possédant une technologie différente de la nôtre. Pourquoi Richard Byrd aurait-il menti ? Pourquoi‚ quelques semaines avant de mourir‚ un homme voyant la fin de sa vie arriver‚ a-t-il écrit de pareilles lignes à l’encontre de ce qu’il nomme "la monstrueuse industrie militaire" ? N’est-ce pas elle qui l’a adulé pendant toutes ces années ? N’est-ce pas elle qui l’a décoré et glorifié ?…
Un journal canadien, le Weekly World News daté du 14 février 1995 a intitulé un de ses articles : "La NASA reçoit des signaux radio du centre de la Terre". Le journal a précisé : "Cap Canaveral, Floride - la NASA reçoit des signaux radio qui viennent de l'intérieur de la Terre. Des experts pensent que ces signaux sont émis par une forme de vie intelligente et très développée". Des scientifiques auraient perçu les premiers signaux le 30 octobre 1994, grâce à des satellites très sensibles. "Depuis ce jour, les émissions se sont renouvelées à intervalles réguliers" prétend un haut responsable de la NASA qui ne souhaite pas donner son nom. "Les signaux radio seraient composés d'un code mathématique très complexe qui a convaincu les scientifiques qu'ils étaient en contact avec une colonie d'êtres vivants dont l'intelligence est sans doute supérieure à la nôtre". L'homme de la NASA dit que les scientifiques n'ont pas eu trop de mal à déchiffrer les messages, mais il a refusé plusieurs fois de révéler ce qu'ils contenaient.
Les nombreuses photographies des différentes planètes du système solaire montrent des taches anormales au niveau des pôles ou des aurores polaires dont on ne connaît pas (ou on ne souhaite pas expliquer) l'origine. On a remarqué ces dernières années que Saturne et Jupiter, qui font partie des planètes les plus éloignées du soleil, dégagent pourtant plus de chaleur qu'elles n'en reçoivent du soleil.

Ci-joint, une ancienne photographie de Mars. Elle date du 4 août 1969, cliché effectué par la sonde Mariner 7. Notez bien l'étrange clarté qui ressort du pôle Sud, alors que toute la partie sud est justement en pleine nuit martienne. Si c'était de la glace, elle ne ressortirait pas de la sorte de l'obscurité la plus totale !

Photographie prise au-dessus du pôle nord de la Terre, mission STS75, 1996

Vous l'aurez compris, tous ces éléments vont dans un seul et même sens. Celui d'une Terre Creuse avec, à ses deux extrémités, deux ouvertures laissant s'échapper la lumière et la chaleur d'un soleil intérieur. La planète Terre n'est pas un cas isolé, après l'analyse des photographies des autres planètes du système solaire, on peut sans l'ombre d'un doute conclure que toutes les planètes suivent la même loi universelle de fabrication. De plus en plus de scientifiques le pensent mais ne peuvent l'exprimer ouvertement. Alors pourquoi nous ment-on ? Pourquoi tant de mensonges alors qu'il serait si simple de dire la vérité ? Et bien non, l'affaire n'est pas aussi simple. Avouer que toutes les planètes sont creuses serait d'admettre que la Terre l'est également. Avouer que la planète Terre est creuse et habitable impliquerait de devoir rendre des comptes auprès des populations de la Terre et impliquerait également de devoir faire des expéditions en son centre et c'est pour l'instant totalement impossible.
Pourquoi ? Parce que conformément aux nombreuses légendes de notre planète, conformément aux diverses découvertes exposées dans ce dossier et en accord avec les traditions du Tibet, l'intérieur de la Terre est effectivement déjà occupé par une civilisation pourvue d’une spiritualité et d’une intelligence très développée. Au fil des années, à travers des films et reportages, notre civilisation est volontairement familiarisée à l'idée d'une existence extraterrestre, mais elle n'est sans doute pas encore prête à accepter le fait qu'une civilisation hautement évoluée vive sous ses pieds.
Qui sont ces gens ? Ces êtres, en accord avec de nombreuses légendes et traditions du monde entier, sont nos Créateurs et ont eu, par la force des choses, à leur charge le gardiennage de la Terre et de l'humanité.


Qui sont ces gens ? Ces êtres, en accord avec de nombreuses légendes et traditions du monde entier, sont les créateurs ou re-créateurs de la Terre et de ses habitants et sont souvent assimilés à des Serpents, à des Dragons ou autres reptiles détenant les grands secrets du monde.


THÉORIE DES CORPS CREUX
NOUVELLE RÉVOLUTION COPERNICIENNE ?




Thèse de Karl-Heinz Engels et du magazine Morphéus
extraits tirés du magazine Morphéus
avec l'aimable autorisation de Frédéric Morin



Contradiction des théories actuelles
L'astronomie enseigne que tout est parti du big-bang. Dans le bouillon originel, tous les éléments étaient répartis de façon régulière. Par les forces d'attraction, des «boulettes», nos planètes se seraient formées dans le bouillon. La physique enseigne, en outre, que de grandes concentrations de masse donnent des densités de masse importantes, car la matière est comprimée.
Selon cette thèse, les grands objets célestes devraient avoir une densité supérieure aux petits objets, parce qu'à l'intérieur la pression est plus grande. Cependant, une observation plus poussée des planètes de notre système solaire nous montre le contraire.
En effet dans notre système solaire les petites planètes ont en moyenne une densité 5 fois supérieure aux grandes planètes Jupiter a 900 fois le volume de la
Terre, mais soi-disant une densité de 1,8 grammes/cm3, la Terre, ayant quant à elle une densité de 5,5 grammes/cm3. La théorie actuelle de formation des corps célestes est donc contredite par ces données.

Les tentatives d'explication de ce non sens
Parce que c'est également un non-sens pour les astronomes, on affirme que les grandes planètes sont faites de matériaux plus légers. Malheureusement, il n'y a pas de preuves pour cette affirmation, et il est difficile de concevoir que certaines planètes comme la Terre aient attiré des matériaux plus lourds, alors que Jupiter se serait «spécialisé» dans des matériaux plus légers. Dans le bouillon originel, nous dit-on, tout était réparti de manière uniforme.
La Terre ne peut pas retenir l'hydrogène à cause de sa masse qui est trop faible. Il se dilue dans l'univers, c'est ce que disent les scientifiques. Jupiter serait composée en grande partie d'hydrogène, à cause de sa faible masse.
Là aussi nous voyons deux comportements très différents. Il n'y a que l'hydrogène, disent les scientifiques, qui puisse être retenu par les grandes planètes, additionné aux éléments que l'on trouve sur Terre. L'hydrogène devrait donc constituer la majeure partie de la masse de Jupiter. Mais les astronomes prétendent que l'hydrogène ne constitue qu'une faible part de l'atmosphère de Jupiter. Le gaz devrait donc se trouver à l'intérieur de cette planète.
Étrange: les grandes planètes ont dans leur noyau des éléments très légers (l'hydrogène), les plus petites comme la Terre ont les éléments les plus lourds.


Du non sens à l'absurde
Pour le soleil, c'est encore plus fou: il doit être énorme et très léger (densité: 1,4 g/cm3). À cause de sa faible densité, on pense qu'il doit s'y produire une fusion d'hydrogène. C'est un non sens, car le soleil devrait avoir dans son noyau les éléments les plus lourds. Comment peut-il y avoir une fusion d'hydrogène, qui est un des éléments les plus légers? Comme le soleil a un poids trop faible, les scientifiques affirment qu'il est fait à 98 % d'hydrogène et d'hélium, alors que nous savons que tous les corps célestes doivent être faits des mêmes matériaux, comme ils viennent tous du même bouillon.
On prétend que le soleil a une force d'attraction 28 fois supérieure à celle de la Terre. Un centimètre cube de la surface du soleil pèserait donc 28 fois plus qu'un centimètre cube de la surface de la Terre, alors que sa densité est quatre fois moins importante. Et tout cela doit être du gaz. Comprendra qui pourra !


Explications par la Théorie des corps creux
Ce sont bizarrement les plus petits corps célestes qui ont la plus grande densité: les fragments de la ceinture d’astéroïdes ont une densité qui va jusqu'à 8 g/cm3.
Tout cela a un sens si on part du fait que les corps célestes sont creux à l'intérieur. Les astéroïdes et les planétoïdes ne le sont pas. Ils sont des fragments d'une planète ancienne et donc logiquement des corps solides. Nous voyons bien qu'un morceau du lapin en chocolat pris tout seul n'est plus creux. On peut vérifier la théorie des corps célestes creux dans un laboratoire.
En faisant tourner du gaz dans un piston, il se forme au centre un espace sans particules, le début d'une cavité. C'est la force centrifuge qui en est responsable, elle pousse les particules les plus lourdes vers l'extérieur. Si le gaz est fait d'éléments différents, ils se répartissent selon le poids spécifique de chaque élément.
Karl-Heinz Engels montre que toutes les planètes doivent être creuses, selon l'histoire de la genèse de l'univers communément admise. Tout le monde admet que les planètes se sont constituées à partir de nuages de gaz en rotation qui se sont refroidis lentement. Toutes doivent avoir un noyau solide et lourd. Parce que l'on part du fait que la pression doit être plus grande au centre et que les connaissances sur les tremblements de terre n'ont pas pu prouver ce noyau solide, on prétend que le noyau des planètes est fait de plasma. C'est de la matière qui est si chaude et dont les atomes sont si denses (ils n’ont plus d'enveloppe d'électrons) que les lois de la physique n'ont plus de valeur. Cela tombe bien, car on n'est pas en mesure d'expliquer les phénomènes que l'on rencontre par des théories connues...



Feu nucléaire du Soleil et de la Terre
À propos du plasma, que personne n'a pu démontrer sur terre ou sur une autre planète, Engels dit la chose suivante: «Dans le soleil, il y aurait une fusion nucléaire, alors que sa densité est très faible. Les atomes d'hydrogène ont donc beaucoup d'espace.
D'un autre côté, le noyau de la Terre doit être fait d'éléments plus lourds tels que le fer et le nickel, qui sont si denses qu'ils n'ont plus d'enveloppe. La probabilité que les atomes se rencontrent est beaucoup plus grande pour la Terre que pour le soleil, car les atomes y sont déjà compressés, donc, la probabilité d'une fusion nucléaire est plus grande.
Si le soleil est une réacteur à fusion nucléaire, la Terre devrait en être un beaucoup plus puissant, elle aurait donc dû disparaître depuis longtemps dans un feu d’artifice nucléaire».


Omission de la force centrifuge
Revenons aux nuages de gaz en rotation : d'après Engels, la science a oublié la force centrifuge dans ses théories sur la genèse des planètes. Sans force centrifuge il n'y a pas de gravitation. Et l'interaction de ces deux facteurs crée nécessairement des corps creux. La gravitation réunit les particules, les plus lourdes sont poussées vers le centre. Elle a un effet de tri de l'extérieur vers l'intérieur. La force centrifuge pousse toutes les particules lourdes vers l'extérieur. L'effet est inverse. Il doit donc se former une cavité au centre. La combinaison de ces deux forces antagonistes induit l'apparition d'une coquille solide, dont les particules les plus lourdes sont déposées là où les deux forces s'annulent. La densité diminue en s'éloignant de ce centre, d'un côté vers la surface; de l'autre, vers le noyau qui est vide. L'objet qui en découle est creux à l'intérieur. Fragile comme une boule de sapin de Noël...


Constitution de la planète Terre
La planète Terre loin d'être une boule de feu en fusion recouverte d'une fine couche de magma refroidi serait donc un corps creux à double système tectonique. Une tectonique de surface que nous connaissons tous et une tectonique de la couche interne.
La Terre serait donc constituée de 2 sphères imbriquées l'une dans l'autre séparées par la matière la plus dense à savoir le magma (au point d'équilibre de la gravitation et de la force centrifuge). Le double mouvement tectonique engendre une énergie en partie diffusée dans le cosmos mais en partie concentrée au cœur du corps creux, sorte de surplus énergétique à même de créer des conditions favorables à la vie à l'intérieur de la planète.


La Notion de Haut et de Bas
Si vous affirmez à un enfant français que les chinois marchent la tête à l'envers en dessous de ses pieds, il croira à une blague, ne parvenant pas à comprendre un tel phénomène. La notion de haut et de bas est une question d'échelle.

L'homme est trop petit pour percevoir la convexité de la planète.
La relativité du haut et du bas est identique pour des hommes marchant sur une surface concave à l'intérieur d'un corps creux, c'est aussi une question d'échelle.

L'Hypothèse d'une vie Intra-terrestre
Si les conditions d'une vie intra-terrestre sont réunies selon cette théorie, elles sont cependant très éloignées des conditions de vie en surface. Le biorythme doit être
fondamentalement différent car cette vie est plongée dans une éternelle lumière sans alternance jour/nuit. La constitution biologique, cellulaire, diffèrent nécessairement, la notion d'espace et de temps diverge de nos conceptions formées en surface. Ce monde interne est un paradigme totalement étranger à notre conditionnement culturel. En d'autres termes, il est impensable...


Sources :
Extraits du magazine Morphéus n° 0, novembre-décembre 2003
Extraits du livre de Karl-Heinz Engels : Die Hohlkörper-Theorie (La Théorie des Corps Creux), Querdenker-Autoren Union, 1993
Copyright 2001-2004 Hans W. Lintz & Anton Parks





_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Mar 17 Mar - 23:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Mar 17 Mar - 21:15

=============================
Histoire d’un mystère : l’intérieur de la Terre.
=============================
Vincent Deparis - Maison des Sciences de l'Homme - Alpes, Grenoble.
Publié par
Benoît Urgelli




La vision des Anciens
Les voyages de découverte
Les premières représentations des profondeurs
Peut-on expliquer le Déluge biblique ?
Des modèles étonnants
De l’imagination aux investigations scientifiques
" L’océan de magma " interne
La Terre, fluide ou solide ?
Un noyau de fer
Un noyau de gaz ?
Le modèle sismologique
Un noyau fluide ?
La découverte de la graine
Les premiers profils de densité
Bibliographie
Annexe - Citations



LIEN--> ICI

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Mar 17 Mar - 21:29

TERRE CREUSE "Révélation"
TERRE CREUSE, Le journal de l'Amiral Byrd (15/09/2014)
La terre est creuse. Est-elle habitée sous nos pieds et par qui?











_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Dim 12 Juin - 12:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Mar 17 Mar - 21:43


La NASA et la Terre Creuse


Le trou du pôle nord photographié par Apollo XI ( juillet 1969 )
Cette photo en apparence « anodine », révèle cependant la présence d’un trou noir
à proximité du pôle nord. Ce trou noir semble absorber les nuages vers l’intérieur de la Terre.



Signaux radio du centre de la Terre reçus par la NASA :

Le très sérieux journal canadien »Weekly World News » a publié le 14 février 1995
un article qui prouve à nouveau la théorie de la Terre creuse.
Voici le titre de cet article : Cap Canaveral, Floride – La NASA reçoit des signaux radio
qui viennent de l’intérieur de la Terre. Des experts pensent que ces signaux sont émis
par une forme de vie intelligente et très développée.


Expédition de l’Amiral Byrd :


« La Terre n’est pas une sphère solide avec un noyau brûlant de métal en fusion comme on le suppose communément.
 En réalité, la Terre est creuse et son intérieur communique avec la surface par deux couvertures polaires.
 Sur sa surface intérieure vit une civilisation avancée, créatrice de ces soucoupes volantes
qui viennent nous espionner à intervalles réguliers. »

(La Terre creuse, Albin Michel, Paris 1971, M.R. Bernard)



Oubliez tout ce que vous avez appris sur la structure de notre planète,
grosse boule solide avec son noyau en fusion au centre.
Car la vérité n’est pas là : la Terre est creuse. Si, si.


Voir le document de Area51:
ICI


BONNE LECTURE..._________

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Mar 17 Mar - 22:08


Vous aimez lire, vous en voulez encore et encore !
Vous n'êtes donc jamais rassasiés ?
Ça tombe bien il reste des munitions.
Voici pour vous de quoi vous occuper pour un moment…




Preuve de la terre creuse et les grands mystéres du monde.
La terre creuse de Raymond Bernard 2
La terre creuse peuves scientifiques
VIDEOS à voir...
Jacques Fortier et Richard Glenn

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Mar 17 Mar - 22:25




Le livre La terre creuse de Raymond Bernard est téléchargeable gratuitement ICI , bonne lecture Smile





_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
Louis dort
Membre Actif
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Lun 23 Mar - 17:52

Pertinent claude.
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Lun 23 Mar - 19:09

  Ha ! que j’aimerais que cette Théorie soit VRAI …






>1 Le soleil intérieur de la terre comme tous les soleils de l’univers est un astre froid ! Je m’explique:
Les étoile sont des astres froid, elles ne sont pas de nature nucléaire mais plutôt électromagnétiques.
 Peut-être même à l’image de ce que l’on soupçonne être à l’intérieur des atomes, au cœur des  quarks
C’est-à-dire qu’ils ne sont pas des chaudières comme on veut nous le faire croire
 avec des milliards de degrés de température. Certes ils produisant de la chaleur,
mais pas suffisamment pour réchauffer l’espace, c’est une évidence. La chaleur ressentie sur terre
est dû aux particules du soleil qui en traversant les couches atmosphérique de la terre.
Se chargent en électricité et se transforment en micro-ondes qui viennent chauffés la terre …
(Tiens je n’ai pas fait des fautes d’orto là …)



OUI MAIS ..?

 

>2  La source du" soleil" intérieur de la terre ne serais pas dangereuse pour la vie organique,
vu son éloignement de la circonférence interne (sol habitable) et de la grosseur du noyau ?
>3 C’est la "source interne "qui produit les aurores boréales autour de l’ouverture du pole Nord…
>4 La nuit n’existe pas, à la surface  de ce monde ?
>5 Pourquoi le pôle sud est ’il apparemment bouché ?
>6 Le manteau de la terre serait comme une bande de Möbius… !
>7    Ok je sort ...

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Dim 12 Juin - 12:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Sam 26 Sep - 19:23

La Terre Creuse ? 
Enquête scientifique par Jean-Michel Raoux




Jean-Michel Raoux est physicien-chimiste, et enseignant privé en sciences avancées alternatives. 
Co-auteurs de plusieurs ouvrages avec Raymond Spinosi, il anime depuis 17 ans une équipe de recherches 
sur les effets quantiques de la conscience sur notre réalité.

Il est intéressant de noter que la théorie de la Terre Creuse n'entre absolument pas en contradiction avec la physique de notre planète. 
Elle écarterait la théorie du noyau de fer pour remplacer celui-ci par un soleil intérieur...
Il est aussi possible que cet espace soit "Plein" et "vide" en même temps... mais sur deux fréquences ou vibrations différentes ...

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1122
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   Sam 26 Sep - 19:40


Terre Creuse Théorie: Jacques Fortier


En se basant sur l'étude des marées et les variations du champs gravitationnels à divers endroits de la Terre et en profondeur dans les mines, Jacques Fortier a élaboré une théorie selon laquelle la croute terrestres serait d'environ 2850 km d'épaisseur. Les scientifiques de leur côté arrivent à une épaisseur de 2885 km. Rien d'exceptionnel, si ce n'est que pour obtenir ces résutlats Jaccques Fortier est partie de l'hypothèse que au delà de cette croûte la Terre est creuse ! Plus incroyable encore, le centre serait habité non pas par une, mais, par deux masses plus ou moins gazeuses. Un monde intérieur à deux soleils !




Pour en savoir plus...

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La terre est-elle creuse ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La terre est-elle creuse ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Terre Creuse
» La terre va-t-elle disparaitre ?
» le ver de terre
» elle est belle la montagne
» Placki kartoflane = galettes de pommes de terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Sciences :: La Planète Bleue et ses mystères-
Sauter vers: