Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Crimes de guerre et impunité israélienne

Aller en bas 
AuteurMessage
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3714
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 41
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Crimes de guerre et impunité israélienne   Jeu 21 Juin - 0:56

Crimes de guerre et impunité israélienne



Professeur émérite de droit, spécialisé dans les relations internationales, Robert Charvin se penche sur le cas d’Israël. Il nous rappelle en quoi l’Etat colonial viole le droit. “Une criminalité cumulative qui s’est enrichie des massacres de mars 2018, à la limite de Gaza.” Robert Charvin souligne également les limites du droit international qui ont permis jusqu’à maintenant à Israël de jouir d’une certaine impunité. Mais tous les espoirs ne sont pas perdus. “La seule réponse est la relance de la solidarité internationale en faveur du peuple palestinien.” (IGA)

Citation :
Arié Biro, rescapé d’Auschwitz, commandait un groupe de paras israéliens durant la campagne de 1956 ; avec ses hommes, il a assassiné une cinquantaine de prisonniers de guerre. Il reconnaît les faits. Un journaliste lui dit : « C’était un crime de guerre ! ». Il répond : « D’accord et après ? ».

Extrait d’Israël, Palestine. Vérités sur un conflit.

Alain Gresh. Fayard. 2007.




Nous sommes dans une période de confusionnisme juridique croissant, d’interprétations abusives et de pratiques faisant passer, dans l’ordre interne comme dans l’ordre international, des normes qui semblaient bien établies dans une zone de « soft law ». Ce climat politico-juridique favorise l’arbitraire des plus puissants[1].



Cette déconstruction du droit international et du droit humanitaire a des acteurs privilégiés : l’État israélien est beaucoup plus qu’un disciple de Washington. Les juristes israéliens ont un imaginaire qui influence les Américains eux-mêmes : ce sont eux, par exemple, qui sont à l’origine de la notion délirante de la « légitime défense préventive », qui n’est autre qu’une définition nouvelle de l’agression, condamnée par la Charte des Nations Unies !



Ce sont eux aussi qui ont stimulé le messianisme américain par une invocation de plus en plus insistante de la « morale » au fur et à mesure qu’il y a violation de la légalité ! Israël complète ce faux substitut du droit par une prétendue légitimité de toutes ses actions fondée sur des racines religieuses très lointaines qui, appliquées à l’ensemble des relations internationales seraient la source d’une III° guerre mondiale !



Israël, sur le plan idéologique, avec l’aide de ses alliés en Europe et aux États-Unis, a réussi aussi à imposer, dans une partie de l’opinion, l’idée que la critique de la politique israélienne est synonyme d’antisémitisme ! Cet obscurantisme quasi-officiel ose assimiler antisionisme et antisémitisme !



Le site anti-impérialiste « Investig’Action », basé à Bruxelles, dirigé par M. Collon, éditeur influent ayant publié des ouvrages sur la Palestine, la Libye, la Syrie et auquel je participe, est l’objet de nombreuses agressions et poursuites au nom d’un prétendu antisémitisme ! Toute critique de l’État israélien se ramènerait ainsi à un racisme antijuif, légitimant interdiction et sanctions. Car l’objectif est clair : il faut faire taire Investig’Action ! Ce cas n’est est qu’un parmi d’autres.



Ces tentatives d’anesthésie de l’opinion internationale et de « désensibilisation » à une politique criminelle ne peuvent néanmoins empêcher de dresser un catalogue non exhaustif des pratiques attentatoires à la légalité internationale, au droit humanitaire en particulier, du régime de Tel Aviv, dont l’origine, on a tendance à l’oublier, est le soutien britannique d’un foyer national juif en Palestine[2] !



L’unilatéralisme israélien (comme celui des États-Unis) et son indifférence quasi-totale pour la légalité internationale est une vieille histoire et les Palestiniens n’en sont les seules victimes.



Toutes les relations internationales, en particulier évidemment les relations entre les peuples arabes et l’Occident, sont affectées. Les gouvernements occidentaux, celui de la France en particulier, qui ont cherché à instrumentaliser les droits de l’homme et l’humanitaire pour justifier leurs ingérences, sont eux-mêmes perturbés par les pratiques israéliennes. Ils ont dû les « banaliser » et chercher par complaisance à détourner les indignations « humanistes » contre d’autres cibles !



Le contraste est flagrant avec l’attitude habituelle de distribution des bonnes et mauvaises notes des Occidentaux à la planète entière, sauf aux « dictatures amies » et…. à Israël[3] !



Les violations du droit par Israël sont pourtant légion.



Israël est le dernier État qui poursuit un processus de colonisation directe par une multiplication accélérée des « implantations » sur l’ensemble du territoire palestinien, afin de rendre non viable la solution des « Deux États », alors que l’État « juif » en projet ne peut laisser de place à des citoyens arabes majeurs, en dépit de l’évolution démographique des deux populations.

A défaut du « processus de paix » (qui n’a sans doute jamais existé réellement), il y a une opération de fragmentation et de dissolution de toute la société palestinienne et qu’il y a d’ores et déjà crime d’apartheid puisque pour Israël, les Juifs et les Palestiniens sont qualifiés de « race ».



Au plan territorial, on peut rappeler aussi la quasi-annexion du Golan syrien, le processus d’annexion du Sinaï égyptien, l’intégration de la partie palestinienne de Jérusalem et sa transformation (contraire aux résolutions des Nations Unies) en capitale d’Israël.

Il faut ajouter la construction du « Mur », empiétant sur les territoires reconnus comme relevant de l’autorité palestinienne, condamné par la Cour Internationale de Justice (9 juillet 2004).



Israël a recours unilatéralement à la force armée, sans l’aval du Conseil de Sécurité, sans retenue. Ses opérations militaires portant atteinte à la souveraineté de divers pays sont nombreuses, avec la complicité des États-Unis et des États européens.

Israël s’est d’ailleurs octroyé le monopole régional dans le domaine de l’arme nucléaire, fondé sur l’idée qu’il est le seul État à devoir la posséder légitimement, à la différence de l’Iran !

Par contre, une agression à l’arme blanche ou un tir de rocket relèverait d’un terrorisme menaçant la sécurité d’Israël et la paix régionale et internationale !



Israël ne tient aucun compte du fait que la Palestine soit un État, reconnu par plus de 130 États, admis à l’UNESCO et élevé par l’Assemblée Générale des Nations Unies à la qualité « d’État non membre » de l’ONU (résolution du 29 novembre 2012). En maltraitant les Palestiniens, Israël viole ouvertement la Charte des Nations Unies dans la totalité de ses dispositions, puisque violant ses obligations légales, cet État nie les prérogatives dont jouit l’État palestinien.



Cette criminalité cumulative s’est « enrichie » des massacres de mars 2018, à la limite de Gaza « bouclée » depuis des années, par l’armée israélienne. Le temps est passé où les stratégies israéliennes jouaient le « Hamas » contre le « Fatah » ! Aujourd’hui, l’heure est à la destruction de toutes les structures palestiniennes, quelles qu’elles soient, y compris le Hamas qualifié d’organisation terroriste dont il faut grossir au maximum la « dangerosité ». Peu importe que, pour l’essentiel, ces manifestants soient des civils, venus en masse, pour rappeler à l’opinion internationale qu’ils existent et résistent malgré l’asphyxie qui leur est imposée.



Ces massacres (qui ont fait des centaines de morts et des milliers de blessés) de manifestants désarmés (si ce n’est de lance-pierres) n’avaient aucune motivation défensive (même si Israël a osé invoquer la protection de certains villages israéliens).



Ce ne sont pas les premiers. Le pouvoir israélien depuis toujours utilise de manière disproportionnée et illicite la force armée contre des populations civiles.



On peut en rappeler quelques-uns qui remontent aux origines d’Israël. Le carnage de Deir Yassin, d’avril 1948 où près de 200 civils ont été assassinés, celui de Safsaf, de Salha, etc. jusqu’aux raids aériens ou aux bombardements massifs de Gaza en 2006, 2008, 2009, sans oublier les milliers de morts des camps de Sabra et Chatila en 1982, ou la centaine de civils réfugiés (Opération « Raisin de la Colère »), ou l’opération sanglante de la ville de Jénine en 2002 faisant au moins 200 morts palestiniens, alors qu’en droit, l’occupant a la responsabilité de l’ordre public du territoire conquis et de la sécurité des civils soumis à l’occupation et du respect de leurs biens.



La confiscation des terres, la destruction des habitations, etc. en Cisjordanie sont évidemment d’autres violations illicites qui se sont poursuivies hors de toute nécessité militaire.



En mars 2018, l’armée israélienne a franchi toutes les limites de la « proportionnalité » imposée par le droit : il apparaît qu’elle est guidée par sa supériorité, ce qui l’amène à commettre ce que la loi internationale qualifie de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’Humanité » voire de « génocide »[4].



Les crimes commis en 2018 sont à l’évidence des crimes de guerre (Convention de Genève de 1949, Protocole additionnel de 1977 (non « ratifié par Israël), statut de la CPI de 1998). Il y a en effet « crimes de guerre » dès lors que des « attaques délibérées » ont été menées contre « une population civile » ; la qualification est renforcée lorsque ces attaques sont « manifestement excessives » par rapport à « l’ensemble des avantages militaires » attendus (qui en l’occurrence n’avaient pas d’existence du tout) ! Il est précisé que même en cas de présence militaire au sein de la population civile, l’attaque de civils demeure un crime de guerre.



En tout état de cause, depuis longtemps, divers aspect de la colonisation des territoires occupés relèvent de la catégorie des crimes de guerre[5] : il s’agit du transfert et de la détention en Israël de « personnes protégées » au sens de la IV° Convention de Genève (c’est-à-dire les Palestiniens arrêtés dans les territoires occupés) ; l’installation de « colons » israéliens dans ces mêmes territoires ; la confiscation et destruction de biens ; les sévices et meurtres commis sur des « personnes protégées ».



Sont susceptibles de mise en accusation les membres du personnel politique, administratif et militaire de l’État ayant agi dans le cadre de leurs fonctions. La principale responsabilité est donc celle des supérieurs hiérarchiques, les subordonnés ayant « l’obligation légale d’obéir aux ordres ».



Ces personnalités responsables peuvent être présentées devant la Cour Pénale Internationale, sauf blocage par le Conseil de Sécurité ou inertie très « politique » du Procureur, certainement soucieux de faire traîner la procédure à l’infini pour ne pas déplaire aux États-Unis.



Si le succès n’est donc pas garanti devant la C.P.I, il y a la possibilité d’utiliser là où il a été adopté le principe de la « compétence universelle »[6] permettant aux juridictions d’un État de se saisir des crimes internationaux, comme les crimes de guerre, mais la mise en œuvre de cette compétence est complexe.



En définitive, on en revient, malheureusement, devant les carences du droit, à la solidarité internationale et au réveil de la militance active pour la cause palestinienne, d’où notre rencontre d’aujourd’hui ! Cela ne signifie en rien que le recours au droit n’est pas une arme utilisable ; il a cependant besoin d’être appuyé par une forte médiatisation et une forte volonté politique.



On constate en conclusion qu’Israël contribue activement au déclin du droit international et du droit humanitaire, tandis que la Palestine, au contraire, par nécessité objective, est conduite à les sauvegarder et même à les promouvoir : le respect du droit tend à devenir sa seule défense.



Mais dans cet affrontement entre conquérants et résistants, tout le monde peut être perdant. La « déshumanisation » de l’adversaire devient la règle dans chaque camp : « les civils tués d’un côté justifient les civils tués de l’autre », écrit A. Gresh[7].



Au fil du temps, la prolongation de la colonisation, accompagnée de la maltraitance des prisonniers (y compris avec usage d’une torture « limitée » mais légalisée et pratiquée couramment, a gangrené la société israélienne, abaissé ses barrières morales et dégradé une démocratie excluant les non-juifs.



Quant aux Palestiniens, leur capacité de résistance est exceptionnelle, mais elle ne peut que s’essouffler si elle reste isolée, sans une intervention extérieure qui ne soit pas juge et partie comme le sont les États-Unis.



En fait, le conflit israélo-palestinien représente une double défaite : pour une longue période historique, le naufrage d’une société israélienne moralement indigne de la Shoah, encouragée en un sens par de faux amis occidentaux. A. Einstein semble avoir eu raison lorsqu’il exprimait ses inquiétudes : « J’ai peur des défaites internes que l’État d’Israël entraînera sur le judaïsme » avec « le développement d’un nationalisme étroit détournant de la spiritualité de notre communauté…. ».



Les Palestiniens, inévitablement vaincus militairement, ne pouvant compter que sur eux-mêmes depuis la Nakba, étant donné la faiblesse de la « fraternité » arabe et le caractère non contraignant des résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies, sont menacés de disparition en tant qu’entité politique et même peut-être en tant que peuple.



A cette double catastrophe, la seule réponse est la relance de la solidarité internationale en faveur du peuple palestinien, car, sans grand risque, on peut conclure que « la raison du plus faible est toujours la meilleure ».

SOURCE: Investig’Action

Cr

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3714
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 41
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Crimes de guerre et impunité israélienne   Ven 22 Juin - 1:09

Israël perdu en Syrie, mais il s’apprête à commettre un autre crime de guerre au Yémen



« L’Iran est un ennemi trop redoutable pour être combattu, surtout après la défaite humiliante en Syrie. »

Par Ryan Forst

Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas familiers avec le projet du Grand Israël (plan Oded-Yinon), il vise à étendre les frontières d’Israël de l’Egypte à l’Iran. Comment ? En faisant la guerre ? Non, c’est beaucoup plus insidieux.

Il suffit de jeter un coup d’œil sur les 25 dernières années et les guerres que les Etats-Unis ont menées pour « apporter la démocratie » ou faire un « changement de régime », et vous verrez se dessiner une carte simple.

Si un parti au pouvoir, s’il est contre Israël, réalise des progrès dans un pays ne subissant pas l’influence des banques centrales appartenant aux Talmudistes, Israël convainc les Etats-Unis et ses alliés crédules que ce pays prospère est gouverné par un gouvernement maléfique, obsédé par la fabrication d’armes chimiques ou nucléaires, etc. Des sanctions suivent, après quoi le gouvernement du pays visé accepte de détruire ses capacités défensives sur la base de l’assurance que les sanctions seront levées et que le gouvernement sera traité équitablement.

Vous pouvez voir où cela mène…. une fois les armes détruites, Israël convainc ses alliés en utilisant les médias qui lui sont dévoués en Occident, que le régime qui leur faisait confiance est cruel et doit être changé pour des « raisons humanitaires », ainsi une guerre civile interne est déclenchée ou un attentat sous un faux drapeau est monté contre les Etats-Unis ou ses alliés, orchestré par Israël et le pays en question sera désigné comme bouc émissaire du jour.



Est-ce que cela semble incroyable ? Regardons les régimes qui ont été changés sous ce prétexte, l’Egypte, la Libye, l’Irak.

Tous avaient quelques points communs : les moyens de se défendre contre Israël, l’absence de banques appartenant aux Talmudistes et des gouvernements stables qui font des progrès dans leur pays.

Tous ont été désarmés avec des promesses de soutien, après quoi ils ont été renversés par l’instigation et le financement d’une guerre civile, là où une guerre civile était tout simplement impossible.

Ceux qui faisaient confiance aux Etats-Unis et à ses alliés ont été destitués et parfois exécutés en public (par exemple Moammar Kadhafi, qui a fait de la Libye un Etat avancé avec des soins de santé et une éducation gratuits et a mis en garde contre la « crise actuelle des réfugiés » si la Libye était déstabilisée).

Une fois que le gouvernement a été désarmé et ensuite déposé et que ses dirigeants ont été exécutés, une banque centrale contrôlée par les Talmudistes est rapidement établie et les réserves d’or disparaissent. Par exemple, la guerre civile ukrainienne : au moment où ils ont pris le contrôle d’une partie de l’Ukraine que la Russie n’a pas récupérée, ils ont établi une banque centrale et volé les réserves d’or à la faveur de l’obscurité.

Maintenant, si vous regardez la carte du Moyen-Orient, vous voyez l’influence et les frontières d’Israël grandir; toujours suivant ce même plan, la Syrie était la prochaine cible, diaboliser Assad, inciter à la guerre civile, l’encadrer comme une « urgence humanitaire » et financer la dissolution d’un pays stable pour renforcer Israël.

MAIS ! ils ne le font jamais directement mais en finançant et en armant des « combattants de la liberté » et en poussant leurs alliés à défendre « les pauvres enfants », etc.

La Russie est finalement intervenue après avoir vu la débâcle et la stupidité effrontée et la répétition de la stratégie irakienne et égyptienne en Libye. Avec la réticence du président Trump à mener des guerres israéliennes, Israël a finalement été contraint de passer au premier plan et d’attaquer la Syrie sous prétexte d’attaquer l’Iran. Au moment d’écrire cet article, Israël a bombardé la Syrie plus de 100 fois en 2017. La prochaine fois, ce sera l’Iran.

Mais leurs plans de guerre insidieux ont été contrecarrés par une Russie intelligente. Elle-même ayant souffert sous la torture juive et l’extermination de quelque 50 millions de chrétiens par les bolcheviks dans l’Holodomor.

Aujourd’hui, Israël planifie et mijote frénétiquement toutes sortes de faux drapeaux pour que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France deviennent de bons petits caniches et sauvent les « pauvres Syriens » tout en exportant discrètement la plupart des terroristes syriens vers la Suède et l’Europe.

Mais attendez ! Il y a plus ! Ce n’est pas parce qu’Israël a perdu la Syrie qu’ils vont reculer. Les Israéliens et les Juifs ne sont pas si simples.

Israël finance également une guerre par procuration au Yémen. La stratégie typique d’Israël est tout droit sortie du Manifeste communiste, une guerre constante, pour toujours, menée par d’autres.

Alors maintenant, au Yémen, ils ont un problème d’image. Le gouvernement yéménite est entièrement sous contrôle israélien et les « rebelles » sont des nationalistes qui tentent de reprendre leur pays. En Syrie, Israël a fait valoir que les rebelles étaient le bon peuple qui n’était absolument pas financé par Israël, les États-Unis et le Mossad-Pentagone. La débâcle syrienne a fini par coûter aux États-Unis environ 1 000 milliards de dollars.

Pas de problème, dit le groupe de réflexion de Tel Aviv. Nous nous contenterons de présenter les rebelles Houthis comme des « terroristes » et le gouvernement yéménite comme assiégé. Personne ne remarquera cette volte-face. Vous n’y croyez pas ? Il suffit d’aller sur google et de taper Yémen et de voir comment ils ont encadré ce conflit.

Et, remarquez autre chose, Israël n’est pas dans le tableau, il fait combattre l’Arabie Saoudite dans cette guerre.

Si vous voulez voir où se trouve le prochain point chaud, après la Syrie, regardez au Yémen. L’Iran est un ennemi trop redoutable pour qu’on puisse le combattre, surtout après la défaite humiliante de la Syrie.

On pourrait écrire un million de mots supplémentaires à ce sujet, mais ce n’est qu’une introduction pour vous faire comprendre comment Israël met en place son propre empire non pas directement mais en attaquant ses amis, en rejetant la faute sur les pays qu’Israël veut détruire, en faisant combattre leurs amis dans les guerres israéliennes et en aidant les choses en provoquant une guerre civile à l’intérieur de ces pays.

Une fois que vous comprenez cette formule simple, la prochaine fois que vous verrez un titre tapageur à propos d’une « crise humanitaire dans un pays anti-israélien », vous saurez exactement ce qui se passe, qui le finance et, surtout, la question qui répond à tout….cui bono ?

Source : https://russia-insider.com/en/politics/israel-lost-syria-its-ready-another-war-crime-yemen/ri23789

Traduction : Avic – Réseau International

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
 
Crimes de guerre et impunité israélienne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marine israélienne - Israeli Navy
» Armée Israélienne
» La guerre du Vietnam
» La Guerre Froide
» Conflit israélo-palestinien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Guerres & Conflits-
Sauter vers: